Zététicien et non aristotélicien (réformé)2 min de lecture

Je me suis amusé il y a quelques jours  changer le sous titre de ce site (ou blog, j’hésite toujours 😉 ) cela mérite peut-être quelques explications car derrière le gag il y a quelques bricoles un peu sérieuses.

Zététicien d’abord, j’hésite  depuis des années et des années à me qualifier pour tel. En effet ce terme évoque un professionnel dûment diplômé ce que je suis pas. Peut-être aurait-il été mieux que je me qualifie de : “zététicien amateur” ou de “zététicien autodidacte”… Mais le mode de pensée zététique est celui que j’utilise sans cesse que ce soit dans ma vie personnelle ou professionnelle, c’est même parfois fatiguant de tout analyser, de douter de tout, de rechercher les sources… D’un autre côté quel formidable outil pour ne pas gober ou dire beaucoup de conneries.

Pour une définition voir cette excellente vidéo de la tronche en biais :

Non-Aristotélicien (réformé)  ensuite, bien évidemment  l’inspiration vient des idées d’Alfred Koryzybski découvertes dans les livres de Science-Fiction d’A. E. Van-Vogt, la série des non-A (traduite pour les premiers tomes par Boris Vian et beaucoup aimée de lui). J’en ai expurgé, si je peux dire, après lecture de tout ce que j’ai trouvé sur le sujet, beaucoup de choses dont les théories liées au fonctionnement du cerveau sans doute valable dans les années 30-40 (du vingtième siècle) mais devenues fausses/obsolètes de nos jours. Viré aussi certains délires émanant de gens qui frisent parfois l’ésotérisme et plein d’autres choses (45 ans environ de cogitations sur le sujet quand-même 😆 ). Que reste-t-il ? Quelques principes qui, je trouve, s’intègrent bien dans la zététique et la démarche de la pensée scientifique :

  • Une carte n’est pas le territoire, c’est à dire que la représentation d’une chose n’est pas la chose.
  • Une carte n’est pas tout le territoire, toute représentation est partielle (l’usage du verbe être par exemple doit être fait avec précaution).
  • La langage est généralement imparfait pour décrire pleinement.
  • Usage des … (points de suspension) pour indiquer que d’autres choses, d’autres aspects existent.
  • Usage des () (parenthèses) pour préciser, indiquer, compléter…

Donc en résumé assez peu de choses mais que je considère comme capitales dans ma façon de penser.  Percevoir le monde, les informations… avec le plus de précision et le moins de biais possibles.

Suis-je dingue ? Personnellement j’ai peu de doutes 😉

 

Nota : ce site n’est pas moi mais une partie de moi 😉

Print Friendly, PDF & Email

This article was written by rouzejp

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.