Linux(s) où comment s’éparpiller

Petite râlerie sur les linux. J’utilise le plus souvent Windows (10), hélas ! Une part de mes machines est sous Linux et je regrette qu’elles ne le soient toutes.

En ce moment je fais comme assez régulièrement mon tour DES Linux à titre professionnel et personnel un petit point s’impose au moins une fois par an et à chaque fois je suis abasourdi de l’énergie gaspillée en variantes de cet OS. En effet rien qu’en jetant un oeil sur la page wikipedia des distributions (nom Linux pour variantes) on en dénombre très largement plus d’une centaine !

Arbre généalogique Linux
Arbre généalogique Linux

Avec au départ venant de la version historique de Linus Torvalds : Slackware, Debian, Red Hat, ArchLinux et Gentoo. Des enfants cachés aussi comme Androïd de Google ou les OS d’Apple IOS et OSx.

Au centre un noyau commun enfin un, disons plutôt différentes versions temporelles d’un noyau commun. Avec généralement selon les lignées des systèmes de gestion des logiciels (gestion de paquets) différents. Des systèmes et des politiques tout aussi différents. Et ajoutons à cela des interfaces utilisateurs graphiques (quelque fois nommées saveurs) pouvant aller jusqu’à 6 et même plus pour certaines distributions. Saveurs pouvant se retrouver sur plus ou moins de distributions (comme Gnome que l’on retrouve un peu partout). Et comme entre les partisans Microsoft et Apple tout le monde trouve que c’est SA combinaison de distribution et d’interface qui est la meilleure. Heureusement ils se retrouvent tous pour taper sur les deux premiers ;).

En ce qui me concerne je suis comme toujours très pragmatique, pour les usages majeurs j’utilise le plus facile, le plus répandu (ou presque) et qui intègre le maximum d’outils dont j’ai besoin. Pour tout vous dire j’aime bien Linux Mint avec Cinnamon. Dérivée de Ubuntu peut-être la plus utilisée des distributions (hors serveurs) elle même dérivée de Debian. C’est simple, s’installe rapidement, est compatible avec énormément de périphériques et ressemble assez à Windows (10). Certains regardent de haut parce que elle fait quelque entorses aux logiciels libres (essentiellement des codecs et pilotes de périphérique) et que c’est, parait-il pour débutants. Leur opinion je m’en tape le coquillard, je fais presque tout ce que je veux rapidement et efficacement.

Naturellement pour développer et maintenir tous ces Linux et leurs variantes il faut un monde dingue et compétent. Imaginez qu’ils se décident enfin à demander l’opinion des vrais utilisateurs, qu’ils se regardent ce qui se passe sur les OS proprios et qu’ils en tirent une synthèse (enfin non pas une synthèse, le plus adapté de tout), qu’ils cessent leurs querelles de cour d’école maternelle… Je pense que nous aurions un système génial. Bien sur qu’il y aurait des déclinaisons, ne serait-ce que pour s’adapter aux différentes architectures et générations de machines (du raspberry ou plus petit encore à la super machine multi-processeurs, multi-coeur, blindée de RAM). Non au lieu de ça ils laissent tomber l’un après l’autre les machines 32 bits. Pourtant il en reste des centaines de millions qui pourraient reprendre du service pour des usages de base comme la bureautique ou l’usage d’internet.

Alors moi je comprends ceux qui restent avec leur Windows payant et gourmand comme pourraient-ils trouver leur petit dans cette immense colonie de manchots ?

Et pourtant avec Linux on fait des trucs de fabuleux, quasiment gratuitement et on garde son ordi bien plus longtemps (perso j’estime à la louche que quand je passe une machine sous Linux elle rajeunie de 4 ou 5 ans au moins).

Mais voila les humains…

Print Friendly, PDF & Email

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :